mercredi 7 mars 2018

Jean COUREAU (1928-1997), France


Jean Coureau était un pilote d'essais français né le 1er juin 1928 à Pouillac dans le Tarn-t-Garonne.


Il commence par faire du planeur dès la fin de la seconde guerre mondiale et en 1947, il s'engage dans l'Armée de l'Air. Il obtient ses ailes de pilote de chasse en 1949 à Meknes.

Dès 1950, il est formé sur avions à réacteur et il rejoint la 4ème Escadre de chasse en 1951. Il est affecté au Centre d'Essais en Vol (CEV) à Brétigny-sur-Orge en 1954 où il est formé comme pilote d'essais - il est certifié Pilote d'Essais en 1956. Dans un premier temps, il vole en essais sur Fouga Marine, Mystère II et Mystère IV, Mistral, Vautour).


Jean Coureau participe activement au programme Mirage III (d'abord sur les avions qui vont définir cet appareil, comme le Trident, le Durandal et les Gerfaut I et II). Il fait les premiers essais du Mirage III 01 au CEV en 1958.




C'est naturellement qu'il rejoint ensuite les avions Marcel Dassault en 1960.
Il sera également le pilote des premiers cols des Mirage IIIC (1960), Mirage IIIE (1961) et Mirage IIIR (1961).

(Flamme postale de la société Dassault utilisée au milieu des années 1960)
Il est le pilote de présentation du Mirage III S (Suisse), ce qui va décidé l'Armée de l'Air suisse à se doter de cet appareil en 1961. Il continuera d'être le pilote des premiers vols pour les dérivés du Mirage III, comme le Mirage III T (1964), F2 (1966) et G (1967).


Jean Coureau devient le chef-pilote d'essais chez Dassault cette même année 1967.

Il était réputé pour ses acrobaties aériennes et sa dextérité de pilotage, notamment pour les vrilles - d'ailleurs il a écrit plusieurs articles sur le pilotage, incluant les vrilles, comme ici dans cet article paru dans le Bulletin de la Sécurité des Vols (BSV) n°79 de 1967.


Jean Coureau a participé plus qu'activement aux essais du Mirage IIIG avec le premier vol de celui-ci le 18 novembre 1967. 
Le Mirage IIIG était un programme d'avions à géométrie variable.


Trois prototypes ont été construits (IIIG, G4 et G8), tous pilotés par Jean Coureau.

En décembre 1967, Jean Coureau dépasse les Mach 2 sur le Mirage IIIG.
Le 13 janvier 1973, il est obligé de s'éjecter de cet appareil suite à une panne électrique.
Le programme avec le Mirage G4 est abandonné en 1970 car trop coûteux.

Les deux prototypes dédiés au programme G4 sont transformés : ce sera le G8 01 (biplace) et le G8 02 (monoplace) - voir photo ci-dessus.
Le premier vol du G8 01 a lieu le 8 mai 1971 avec Jean Coureau aux commandes, qui atteint Mach 2 à 12 000 mètres d'altitude le 13 mai lors du 4ème vol d'essais.
L'appareil se trouve aujourd'hui exposé au Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget.


Le G8 02 effectue son premier vol le 13 juillet 1972 (piloté par Jean-Marie Saget).
L'appareil se trouve aujourd'hui exposé au Musée Européen de l'Aviation de Chasse à Montélimar.

Il fait de nombreux vols d'essais sur Mystère 20 et participe à la mise au point du MD320 Hirondelle dont il effectue le 1er vol le 11 septembre 1968 avec Hervé Leprince-Ringuet mais il n' aura pas de suite au programme, l'Armée préférant un appareil à réacteur plutôt qu'un bi-propulseur.
Le prototype (F-WPXB) a été détruit lors de l'incendie des réserves du Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget le 17 mai 1990.


Jean Coureau effectue aussi le premier vol, avec Hervé Leprince-Ringuet, du Mystère Falcon 10-01 (un ''mini'' Mstère 20) le 1er décembre 1970. L'appareil, le Falcon 10 et son dérivé le 100, sera un succès commercial avec 226 appareils livrés.


Il s'occupe de la mise au point du Mercure 01 dont il effectue le premier vol le 28 mai 1971 avec Jérôme Résal et Gérard Joyeuse (ingénieur d'essais). Le prototype fera sensation au Salon du Bourget 1971 où il arrive après son 6ème vol en ayant seulement 9 heures d'essais en vol.
Le Mercure était destiné à concurrencer le Boeing 737 et à succéder au DC-9 mais le succès n'est pas au rendez-vous (nous sommes toujours en pleine crise pétrolière). Seuls 10 exemplaires sortiront des chaînes de montage et voleront aux couleurs d'Air France et Air Inter jusqu'en avril 1995.
Un exemplaire se trouve au Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget.


Il sera aussi le pilote du prototype du Falcon 30, avec Jérôme Résal, le 11 mai 1973. L'avion est présenté au Salon du Bourget quelques jours après. Mais malgré de grands espoirs en lui, Dassault abandonne le programme en 1975 après la crise du pétrole.


Le 10 mars 1978, Jean Coureau effectue le 1er vol d'essais du Mirage 2000 à Istres.
Lors de ce vol, l'appareil atteint 13 000 mètres d'altitude et une vitesse de Mach 1,3.
L'avion de chasse entre en service opérationnel dans l'Armée de l'Air française en 1984.
A ce jour, 315 exemplaires ont rejoint l'Armée de l'Air française et 286 exemplaires et ont été exportés (dans 8 pays).
Le prototype se trouve aujourd'hui au Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget.
(un article sur le Mirage 2000 et super 4000 que j'avais publié en cliquant ICI)

(Carte postale de 1977 de chez Dassault Aviation)
Le 6 juin 1981, la poste française émet un timbre pour commémorer le Salon du Bourget 1981 et l'artiste Claude Andréotto (voir son hommage philatélique spatial ICI) rend hommage au Mirage 2000 et à son/ses pilote/s.

(Documents signés par l'artiste Claude Andréotto)
Jean Coureau devient directeur-adjoint des essais en vol en 1979 puis sera le directeur de la sécurité des vols à partir de 1987.
Après plus de 30 ans chez Dassault, Jean Coureau prend sa retraite en 1992 avec 6 000 heures de vol.

Jean Coureau nous quitte le 19 janvier 1997.

Le prototype du Mirage 2000 au Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget


Le prototype du Trident au Musée de l'Air et de l'Espace au Bourget



Crédit : Collection Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace
Remerciements : Dassault Aviation

Aucun commentaire:

Publier un commentaire